UA-97640311-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entre les pages du temps - Page 4

  • Fête des mères.

    Ce matin,

    Il s'est levé de très bonne heure,

    En trottinant sans bruit pour ne pas alerter maman.

     

    Du haut de ses sept années à peine plus grandes que lui,

    Il a pris son coffre fort secret.

    Un gros cochon tout rose,

    Drôlement bien caché sous ses pull-overs,

    Posés sur l'étagère que maman rangeait tous les jours.

     

    Avec des gestes bien décidés,

    Il a posé sa tirelire sur son lit

    Et sans la casser,

    Il a pris tout son argent à lui.

    Tout l'argent pour ses chewing-gums préférés,

    Qui pouvaient lui faire gagner tous les joueurs

    De toutes les équipes

    De tous les pays de tous les mondes entiers.

     

    Puis il est sorti en courant,

    En disant à sa maman qu'elle ne s'inquiète pas

    Et qu'il rentrerait dans pas longtemps,

    Qu'il avait des affaires à faire.

    Il avait fait semblant,

    Comme ça elle aurait la surprise.

     

    La mère avait souri en cachette,

    Sans rien dire,

    Sans se retourner,

    Pour ne pas trahir le secret de son petit homme.

    Mais elle le surveillait quand même

    Par la fenêtre embuée d'émotion.

     

    Tout fier de sa ruse,

    Il est allé chez la fleuriste d'à côté

    Et il a demandé le plus gros des plus gros bouquets

    Des plus belles fleurs qu'il pouvait acheter

    Avec tout son argent à lui.

     

    Puis il a payé avec un grand geste généreux,

    Copié sur les habitudes du papa qu'il n'avait pas

    Et il est reparti.

     

    Les bras bien tendus devant lui,

    Il est retourné vers la fête à sa maman.

    Petit pas après petit pas,

    En tenant fièrement le bouquet gros comme son cœur

    Avec la tête bien en bas.

    Pour ne pas abîmer les fleurs à sa maman,

    Tout comme l'avait dit la gentille fleuriste

    Qui lui avait quand même pris tout son argent à lui.

     

    Il savait bien que maman devait préparer le déjeuner,

    Alors il est rentré chez sa maison à eux.

    Tout doucement,

    En faisant déjà claquer du bout des lèvres,

    Tous les baisers qu'il avait écrits pour elle.

     

    Arrivé au bout du couloir,

    Il a ouvert la porte de la cuisine

    En essayant de faire du bruit sans faire exprès

    Et quand sa maman s'est retournée,

    Il a couru vers elle en lui tendant tout son bonheur à lui,

    Comme un gros diamant que l'on offre à son amour préféré.

     

     

    PtK

     

    Annexe.

    La fête des Mères est une fête annuelle célébrée par les enfants en l'honneur de leur mère dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des gâteaux ou des objets qu'ils ont confectionnés à l'école, comme un collier de nouilles par exemple.

    Compte tenu de la longévité de la vie, cette fête est marquée également par les adultes de tous âges pour honorer leur mère.

    Histoire.

    Les premières traces de célébration en l'honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l'honneur de Rhéa (ou Cybèle), la Grande Mère des dieux et notamment de Zeus. Ce culte était célébré aux Ides de Mars dans toute l'Asie mineure. Une fête religieuse romaine célébrait les matrones le 1er mars, lors des Matronalia.

    Au XVe siècle, les Anglais fêtaient le Mothering Sunday, d'abord au début du carême puis le quatrième dimanche du printemps. En 1908, les États-Unis développent la Fête des mères moderne telle qu'on la fête de nos jours, en instaurant le Mother's Day, en souvenir de la mère de l'institutrice Anna Jarvis. Le Royaume-Uni adopte à son tour cette fête en 1914, puis l'Allemagne l'officialise en 1923. D'autres pays suivent comme la Belgique, le Danemark, la Finlande, l'Italie, la Turquie ou l'Australie.

    En France.

    En 1806, Napoléon tente de relancer la fécondité et prône les vertus de la famille lors de fêtes. En 1918, la ville de Lyon célèbre la journée des Mères en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari. En 1920, est élaborée une fête des Mères de familles nombreuses puis le gouvernement officialise une journée des Mères en 1929.

    - En 1941, le régime de Vichy s'en empare en inscrivant la fête des Mères au calendrier, dans le cadre de sa politique nataliste. Après-guerre, la loi no 50-577 du 24 mai 1950, publiée dans le Journal officiel du 25 mai 1950, fixe la fête des Mères au dernier dimanche de mai. Ces dispositions ont été intégrées en 1956 au Code de l'action sociale et des familles. L'article R. 215-1 prévoit que « Chaque année, la République française rend officiellement hommage aux mères, au cours d’une journée consacrée à la célébration de la « fête des Mères. » L'article D. 215-2 du même code ajoute que « La fête des Mères est fixée au dernier dimanche de mai. Si cette date coïncide avec celle de la Pentecôte, la fête des Mères a lieu le premier dimanche de juin» (wikipédia).