Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dernier "plus loin".

    ... partir un jour, derrière le premier jour de sa vie.
    Abandonner ses espoirs amputés par le temps
    En se consolant dans les bras de plaisirs déjà aimés,
    Accepter enfin les grâces et les péchés d'un destin dictateur
    Pour s'apaiser dans le souffle ultime de sa conscience fatiguée.
    ----------------------------------------------------------------------------

     

    La mort,

    C'est l'épilogue de " Il était une fois !"

     

    Mais c'est aussi le début d'un autre recommencement

    Ou celui d'une fin dépassée,

    Prête à raconter l'histoire d'un autre vivant.

     

    C'est la signature ultime,

    Au bas de la dernière page d'un avenir accompli

    Et un énième autographe temporel,

    Expiré sur la première page d'un autre destin emprunté.

     

    Pour sa dernière fois,

    Les souvenirs qui ont accompagné son existence

    Sont venus l'aider à ne plus vouloir penser plus loin.

    Les uns au bras de ses désillusions repentantes,

    Les autres au cœur de ses réalités devenues poussiéreuses.

     

    Aujourd'hui, agenouillés autour de son souffle impotent,

    Ces réminiscences sont trop fatiguées pour nourrir encore sa vie

    Et ne sont revenus, que pour combattre ses remords,

    Afin de protéger son tout dernier sourire.

     

    Lentement,

    Ses "après" qui ne riment plus à rien,

    S'effacent du bout de ses faux espoirs,

    Mal inspirés par les soubresauts incontrôlables

    D'un inconscient désespérément crédule

    Et ses "peut-être", figés par l'inexorable,

    Se pétrifient dans l'agonie naturelle

    D'une certitude inébranlable.

     

    Quant aux "pourquoi",

    Ceux-là même de ses années insatisfaites,

    Ils se répandent peu à peu hors de sa tête rassurée,

    Sainement vomis par une fatalité enfin résignée.

     

    On ne peut redoubler sa toute première fois

    Et cette dernière minute bientôt achevée,

    Emprisonne avec sagesse ses instincts hors la loi,

    Tandis qu'emportées par les larmes d’un sursaut inutile,

    Ses envies s’échappent, seconde après seconde,

    Hors de ce temps décompté par le temps.

     

    En ce moment dernier,

    Il est face à son âme impatiente

    Et ses soupirs, blessés par sa volonté chancelante,

    Se cicatrisent dans les raisons de son esprit dépossédé

    Qui veut oublier son corps à tout jamais.

     

    Il n’y a plus d’après,

    Ni de peut-être,

    Ni de pourquoi,

    Epurés d'instincts de survivance.

     

    Il est déjà derrière les cadavres apaisés

    De ses derniers regrets soumis

    Et il est enfin prêt !

    Pour respecter la promesse de rendre ces armes,

    Prêtées par la toute première seconde

    De ses heures comptabilisées par le destin.

     

    Il a vécu,

    Ce qu'il devait vivre,

    Ce qu'il pouvait vivre

    Et il a usé comme il a pu,

    Ce qu’il lui était permis de vivre.

     

    Alors,

    Aujourd'hui,

    Il doit accepter cette mort irrévocable,

    Offerte sans pitié aux trop vieux vivants.