UA-97640311-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Matin magique.

    L'enfant s'était emmitouflé,

    Dans un silence qui permet aux rêves d'exister

    Et il s'était endormi très vite,

    Sans écouter les rires des anciens enfants,

    Qui devant leur assiette à moitié vide,

    Et leur verre à moitié plein,

    Se racontaient des tas d'histoires à veiller debout.

     

    Soudain,

    Il s'est senti tendrement secoué,

    Par un renne argenté venu lui brouter sa manche,

    Et toutes les étoiles se sont envolées de sa tête.

     

    Le Père Noël était passé !

    Il l'avait très bien entendu,

    Puisqu'un millier de sourires impatients,

    Lui tendaient les bras pour l'en convaincre.

     

    Alors,

    Les yeux débarrassés d'un sommeil devenu inutile,

    L'enfant s'est laissé emporter en souriant,

    Vers une véritable histoire à rêver debout.

     

    Il ne voyait plus que ce qu'il voulait voir

    Et il s'est figé devant le sapin magique,

    La bouche grande ouverte comme un coffre à jouets.

     

    Mais il ne voulait pas trop s'en laisser conter,

    Et les bras pendant le long de ses jambes fébriles,

    Il décontractait ses petits doigts excités,

    Prêt à dégainer pour vaincre le défi des papiers cadeaux,

    Dans un face à face dont il sortirait vainqueur.

     

    Au bout de quelques minutes d'un âpre combat,

    Apostrophé de mots filants comme des étoiles

    Et gros comme des éclats de rire,

    Tous les jouets dénudés et vaincus sans pitié,

    Déposèrent leur armure aux pieds de l'arbre aux enfants.

     

    Le très vieux monsieur n'avait presque rien oublié !

    Il y avait la panoplie pour devenir un héros qui vole,

    Et puis le gros camion qui faisait tout ce qu'on voulait,

    Et puis le grand garage pour mettre autour,

    Et puis un ballon qui ne casse pas beaucoup de carreaux,

    Et puis un grand nounours aux yeux couleur baisers,

    Pour rassurer quand maman n'est pas là,

    Et puis …

     

    Et puis les regards illuminés des parents,

    Qui remerciaient le Père Noël d'exister pour du vrai.

     

    C.G.P