UA-97640311-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les acquits désarmés.

D'une main désolée, il creusait les poubelles.

 

Noyé dans la ruée vers l'or de ce 21ème siècle,

Il cherchait le filon qui permet d'exister

En grattant l'inutile des autres.

 

Il voulait nourrir les derniers souffles de son couple.

 

Oublié dans l'enfer d'une retraite indigente

Et promenant sa disgrâce au hasard des trottoirs,

Il fouillait entre les os réservés aux chiens.

 

Il avait amputé sans broncher quarante ans de sa vie,

Offertes au service égoïste d'un labeur carnivore

Et qui ne voulait plus lui rendre la pareille,

Malgré ces liasses de promesses dévaluées

Qui agonisaient dans l'oubli d'un coffre-fort.

 

Il avait demandé à trop de portes consternées

Qui ne voyaient pas plus loin que le bout de la loi

Et il avait reculé en reniflant son amour-propre,

Pour aller reprendre ce que jadis il avait jeté

Dans ces mangeoires offertes à ceux qui n'ont plus rien.

 

L'amour de sa vie s'était emmuré dans son vieux paradis.

Elle n'osait plus s'égarer au-delà de quelques centimes d'espoir

En ces endroits de vie facturés sans condition.

Alors il continuait à besogner pour survivre

Et s'offrir les moyens de mourir comme les autres.

 

S'éclipsant de ses rêves de voyages inachevés

Et de ses soirées d'amitiés devenues bien trop couteuses,

Il avait recouché le soleil de ses espoirs

Dans l'ombre découpée par des rejets glacés

Et fouillait dans les restes des vies ensachées,

D'une main tremblante qui trahissait sa dignité avariée.

 

 

PtK

Écrire un commentaire

Optionnel