UA-97640311-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

   ○ Aveu

  • Entre amour et amitié.

    Mes amours ...

     

    Femmes ! J'effeuille en vos jours, ces habits de caresses

    Fleurdelisées d'inspiration,

    Et j'épelle en vos nuits, ces brûlantes promesses

    Déshabillées de condition.

    Mais j'aime aussi l'audace de vos réalités,

    En leur raison majestueuse,

    Même l'obstination de vos témérités,

    Sous votre force affectueuse

    Et je voudrais pouvoir confesser les injures

    Diffamant votre souvenir,

    Sournoisement gravées par les éclaboussures

    D'un droit de vous assujettir.

     

    ───────────────────────── ooOoo ─────────────────────────

     

    ... mes amies.

     

    Lettre sans rime et en raison.

     

    Tant de ces femmes froufroutantes

    A quelques pas de moi

    Et tant de séductrices au sourire espiègle

    Tout autour de mon émoi,

    Si jeunes et si gracieuses,

    Usant de leur fraîcheur insolente

    Dénudée de cette passion inimitable.

     

    De même, beaucoup de ces dames,

    Continuant à être admirable

    Bien après un presque demi-siècle …

    Continuant à être désirées

    En renaissant d'un second charme

    Et toi !

    A l'aube de nous deux,

    Toi, qui à l'entrée

    De cette ultime moitié de vie,

    N'a pas encore perdu ton tout premier

    Et moi !

    Moi, finalement amoureux.

     

    Moi, qui reconnais l'amour dans ce besoin de toi,

    Toi, qui me donne l'envie d'avoir confiance en moi.

    Nous, lâchés dans cet espoir à nous rendre fous,

    Fous, dans cet amour qui ne raisonne qu'à travers nous.

     

    Je t'aime,

    De ne pouvoir faire autrement

    Et je nous veux,

    Par le désir de te vouloir impunément.

     

    Je t'aime,

    Ourlé sur le velours de ta peau,

    Je t'aime,

    Noyé à l'intérieur de ton corps

    Et tu es là,

    Si belle,

    Dans le oui passionné de ta bouche

    Et je suis là,

    Si vrai,

    Dans les sentiers naturels de ta couche.

     

    PtK